Les enfants de Kirundo et Muyinga découvrent le Tennis de court en festival

Financée par l’ambassade de France au Burundi, la FTB a organisé, le week-end du 13 et 14 mars 2021, un festival du tennis de court pour faire découvrir cette discipline sportive aux enfants de 7 à 10 ans issus des provinces Kirundo et Muyinga. 

 

Placé sous le signe de l’inclusivité, un festival a rassemblé 150 enfants dont 75 filles et 75 garçons issus de ces provinces du Nord qui ont tapé pour leur toute première fois à la balle du tennis. Au chef-lieu de Muyinga, le festival s’est déroulé sur un bon terrain de tennis bien entretenu dans les enceintes de l’auberge de feu Monseigneur Nterere, en hommage au prélat qui l’a construit. Les écoliers de cette localité ont été rassemblés depuis 5 écoles fondamentales comme SOS Muyinga, Gasenyi, Islamique, Muyinga 2 et 3. A Kirundo, les 75 élèves proviennent des écoles fondamentales Cewe, Munzenze, Akamuri, Gikuyo ainsi que la Fontaine. A l’issue de ce festival, les 10 meilleurs ont été récompensés pour avoir manifesté le dynamisme, le fair-play, la discipline et la compréhension rapide plus que les autres.

A travers des séances d’animation conduites par le charismatique Camille Ndahiro, les enfants ont appris les valeurs de l’olympisme au niveau individuel. Il s’agit notamment de la connaissance de ses possibilités et de ses limites, l’esprit de compétition dont le but est de se mesurer aux autres, l’excellence qui consiste à donner le meilleur de soi ainsi que le fair-play qui exige le respect de ses adversaires.

Des enfants passionnés et appliqués

Comme l’a constaté le coordinateur du projet Développement du Tennis de Court au Burundi (DTCBU) Innocent Nshimirimana, les enfants de ces provinces sont passionnés et appliqués au jeu. « J’ai été agréablement surpris en remarquant des petits joueurs tellement doués qu’ils deviendront de grands champions dans l’avenir », a-t-il déclaré. Et de les exhorter de marcher sur les traces des jeunes talents comme Sada Nahimana, Shabani Ndayishimiye, Allan Gatoto, Abdoul Shakur, Sifa Hatungimana et autres qui représentent valablement le Burundi dans le concert des nations. Comme le jeu au tennis commence à partir de 5 ans, Innocent Nshimirimana a expliqué que ce projet appuyé par l’ambassade de France au Burundi vise les enfants de 7 à 10 ans dans le but de préparer un bel avenir de cette discipline sportive. Il a invité les encadreurs à continuer les entraînements pour les enfants scolarisés parce que la fédération prévoit de poursuivre leur encadrement grâce à l’initiative du tennis dans les écoles (STI : School Tennis Initiative).

Récompenses aux 10 meilleurs de chaque province

Comme lors des festivals de Bujumbura et Gitega, les meilleurs qui se sont démarqués du lot ont été récompensés. Un moment qui restera gravé dans la mémoire de Don Divin Vyizigiro qui a déclaré : « Je n’oublierai jamais ces bonnes journées passées avec des amis qui ne fréquentent pas mon établissement ». Il a été primé en compagnie d’Onna Elora Ishimwe, Joselyne Vyizigiro, Nabil Irakoze, Benny Franck Kubwimana, Christa Arlène Irishura, Toslim Irankuna, Larry Brillant Muhumbizi, Ruth Felicia Niyibitanga et Melissa Bakunde. A Kirundo, les 10 meilleurs talents sont Nicky Sabella Akimana, Sadiki Ndayiragije, Issa Shakur Ishaka, Queen Aliyah Iteka, Bethel Irishura, Renate Tuyisenge, Josiane Niyogushima, Steve Irangabiye, Celia Niriho et Theogène Rukundo.

La cérémonie de clôture a été marquée par une totale satisfaction de tous les bénéficiaires notamment les représentants des écoles qui ont vivement salué la décision des responsables de l’Auberge Monseigneur Nterere d’accorder la gratuite des séances aux enfants qui désirent s’entraîner sur leur terrain.

Par Thierry Niyungeko

Similar blogs